- Cruciferius -

Francois Breant, Marc Perru, Patrick Jean, Bernard Paganotti

 1967-1969 

Arrivé à Paris en Septembre 1967, je commence mon année d'étude aux Arts Déco de la rue d'Ulm Et, très vite, cherche à rentrer dans le circuit parisien des musiciens. La chance fit que les trois premiers rencontré furent Bernard Paganotti, Marc perru et Christian Vander. Je fut engagé dans Cruciférius Lobonz de Prazdek en tant qu'organiste, vibraphoniste.

CRUCIFERIUS mélangeait sans crainte « rythm and blues » et psychédélisme. Tendance Vanilla Fudge/ Sly stone. Nous répétions dans l’arrière salle du « café Carnot » des bienveillants parents de Bernard Paganotti, qui avaient financé le Combi Volkswagen du groupe. Je m’étais empressé de le repeindre avec des fleurs vertes et des rhinocéros rose indien. (lire la suite)

CRUCIFERIUS fut fondé par Christian Vander et Bernard Pagannotti pour jouer un répertoire de soul music. Vander l’avait initialement nommé :
CRUCIFERIUS LOBONZ DE PRAZDEK.

Les Membres de Cruciferius


Marc Perru
 :
guitare/chant

Il a quitté le monde en Août 2009.

Il fut durant ces années un confident, un co-locataire et un musicien sincère et investi. Lui aussi rêvait d’une musique populaire débarrassée de toute vulgarité et démagogie.Il a écrit une touchante autobiographie: "Musichien"

Extrait musical : Grandeur et misère du Pérou .

Patrick Jean :
batterie

Ex-batteur du premier groupe de Michel Jonasz, le « Kingset », il avait remplacé Christian Vander parti vivre en Italie.
Ce pirate des fûts, après Cruciférius, joua dans le monde entier et pendant des années avec Demis Roussos au sommet de sa gloire internationale.

Il vit maintenant à Malmö en Suède où il accompagna les plus grands artistes suédois avant de devenir peintre. Il a publié son autobiographie: "Sans regrets (ou presque)"

Francois Breant :
orgue Hammond, vibraphone, chant, graphisme

Bernard Paganotti :
basse, chant

Un surdoué de la basse.
Armé de sa rarissime basse Gretsch au manche comme un tronc d’arbre, Bernard, à 17 ans à peine, jouait déjà d’une manière unique. Il avait développé un style baroque et volubile d’arpèges.

Il a fait par la suite une brillante carrière avec Magma, Weidorge, Paga group etc… et accompagne la crème des chanteurs Français. Jouer avec lui fut un régal et une fierté.

Avec un musicien comme « Paga » dans un groupe, on se sent invincible.

 

Je dois à ces trois compagnons de bien beaux souvenirs :

  • Premières séances d’enregistrement

,groupe Cruciferiusgroupe Cruciferiusgroupe Cruciferius

groupe Cruciferiusgroupe Cruciferiusgroupe Cruciferius

1968

  • Première tournée à travers la France en grève générale (Mai 1968)  comme accompagnateur de RONNIE BIRD l’élégant chanteur « mod » français (et néanmoins joyeux camarade.)

    Ronnie BirdRonnie Bird

 

Hiver 68

  • dans un club, à Courchevel où nous accompagnions un chanteur débutant David-Alexandre Winter, le papa de l’Ophélie du même nom.

David Alexandre Winter et CruciferiusDavid Alexandre Winter et Cruciferius

 

 

1969

  • Premier passage à l’Olympia, en ouverture de Vanilla Fudge dont nous étions fans.


  • Vanilla Fudge

1969

  • Premier voyage au Japon. Trois mois à Tokyo, pour Jouer tous les soirs dans un grand club luxeux d' Akasaka, le "Mugen". La production avait fait le nécessaire pour nous promouvoir localement comme si nous étions les French Rolling Stones. Le public nous considérait donc comme tels. Les portes du Tokyo ultra-branché s'ouvraient à nous par miracle. Un saisissant contraste avec notre vie parisenne de rockers va-nu-pieds.

  • Premier triomphe dans un festival « pop » (festival d’Amougies). Le festival initialement prévu à Vincennes fut interdit et déplacé à la frontière belge à Amougies.Voyez ci-dessous la super programmation!

Festival Pop d'Amougies

Bien entendu, je m’étais bombardé graphiste officiel du groupe pour le quel je fis toute une série de projets de pochettes et affiches.(voir page arts graphiques)

Discographie :

1967

Un 45 tours quatre titres (EP) de Bernard Paganotti accompagné par Cruciférius sous le nom de Fatty Nauty. « A tumba » « Il y a une blonde dans mon pyjama » enregistré au studio CBE par Bernard Estardy qui possédait l’unique huit pistes de Paris.

Deux Projets de pochettes pour Fatty Nauty (voir page arts graphiques)

Francois Breant projet de pochette pour cruciferiusFrancois Breant projet de pochette pour cruciferius

Mister Magoo

Mister Magoo

 

1969 

Un single "Mister Magoo", "Music Town"

Enregistré au studio Barclay sur un quatre pistes Ampex. Pour "faire anglais" j'avais pris un pseudonyme: Sherlock Wilde.

Piste 1 pour tout le groupe
Piste 2 la voix lead
Piste 3 les chœurs
Piste 4 overdub de guitare ou percussion

1969

Un album, « A nice way of life », chez Barclay/EGG)

enregistré au studio Barclay (quatre pistes Ampex ) et Davout  (huit pistes scully).
On n'avait que 4 ou 5 jours pour enregistrer et mixer l’album. Pas le temps de finasser. Le son des extraits suivant est garanti d'"époque"...

What did you do?

Jungle Child

pochette de "a nice way of life"


Début 1970

Bernard Paganotti décide de nous quitter pour aller vivre au japon et rejoindre Naoko qui est depuis son épouse.
La mort dans l’âme, le groupe se sépare.